Recevez notre lettre d'informations.

Modélisme Férroviaire Ho et N
 Votre Panier   Continuer les achats

Trix 16691 Locomotive électrique BB 9200, Le capitole, digitale sonore, échelle N

289,00 €
[Réservation >>]
Ajouter au Panier
Trix 16691 Locomotive électrique BB 9200, Le capitole, digitale sonore, échelle N
ATTENTION, produit en réservation, 4eme trimestre 2018.

Caractéristiques : 

> Marque : MiniTrix
> Réf : 16691
> Système : Digitale sonore
> Feux avant / arrière : oui réversibles
> Compagnie : SNCF
> Longueur : 101 mm
> Époque : IV
> Échelle : N 1/160
> Exploitation : 2 rails

Modèle réduit : Nouvelle construction. Décodeur numérique intégré et générateur de bruits pour exploitation sous les formats DCC et Selectrix. Moteur avec volant d’inertie, 4 essieux moteurs, bandages d’adhérence. Inversion de l’éclairage frontal et feux de fin de convoi en fonction du sens de marche, avec diodes électroluminescentes blanc chaud, éclairage du poste de conduite, sélection possible en mode numérique. Cinématique pour attelage court. Mains montoires rapportées. Longueur h.t. 101 mm.

Vous trouverez des voitures assorties à cette locomotive sous les réf. 15950 et 15951.

Points forts :
  • Nouvelle construction

Modèle réel : Locomotive électrique pour trains rapides, série BB 9200 dans la livrée classique du "Capitole" de la SNCF. Construite à partir de 1957.
Locomotive électrique BB-9200 "Le Capitole" + coffret de voitures grandes lignesLa « success story » des « Jacquemin » - qui fut quasi la première locomotive électrique "unifiée" de la SNCF, fondée en 1938, débuta avec la série BB 9200, acquise dans les années 1957-1964 en 92 exemplaires au total auprès de Creusot-Loire, Jeumont-Schneider et CEM. Elle était équipée de quatre moteurs à courant continu du type GLM 931 B par Alsthom et d'une distribution électrique du type JH (Jeumont Heidmann) avec combinateur à cames. Elle roulait sur des bogies nouvellement conçus du type "Jacquemin", qui garantissaient un excellent roulement silencieux avec peu de vibrations, tout en assumant des forces de traction élevées lors du démarrage. Nouveaux: les transmissions articulées à cardans au moyen d'un arbre creux, ainsi que le dispositif de traction basse des bogies par des barres de traction qui répartissaient le couple de rotation des moteurs sur plusieurs points d'attaque dans le châssis de la locomotive. C'est Paul Arzens, le très connu designer de la SNCF, qui signa le design des « Jaquemins » avec la caisse caractéristique, arrondie à l'avant et ses applications originales telles que phares et signet frontal ("moustache").Les BB 9200 assuraient, au départ de Paris, surtout le trafic voyageurs rapide desservant le Sud-Ouest de la France. Mais outre en tête du prestigieux "Mistral" entre Paris et Marseille, on pouvait les rencontrer aussi devant des trains marchandises de 1800 tonnes. Elles étaient capables de remorquer un train voyageurs de 1000 t (20 voitures) à 160 km/h en plaine, un train voyageurs de 800 t (16 voitures) en rampe de 8‰ à 120 km/h et un train marchandises de 1860 t encore à 44 km/h dans une rampe de 50 ‰. A la demande de la SNCF, les deux dernières locomotives, livrées en 1964 par Creusot, furent équipées de transmissions prévues pour une vitesse maxi de 250 km/h et des moteurs plus performants (4200 kW). Leur moment de gloire arriva à partir de 1967, lorsque la SNCF décida d'introduire la vitesse de 200 km/h sur la ligne Paris-Toulouse. Pour la mise en service, le 28 mai, du nouveau train vedette "Capitole", avec sa livrée rouge à bandeau blanc, la SNCF appliqua à ses deux locomotives les plus rapides (9291 et 9291) également la livrée voyante en rouge avec une grande inscription "LE CAPITOLE" sur les faces frontales. Pour "Le Capitole", les BB 9278, 9281, 9282 et 9288 furent elles aussi repeintes et équipées de nouvelles transmissions prévues pour 200 km/h. A partir de 2003 s'amorça le déclin rapide de ces locos et jusqu'à septembre 2011, la dernière avait quitté le service.